Le dispositif

Phase 1 : Mobiliser les élus et les acteurs

  • Repérage des acteurs à impliquer
  • Sensibilisation des acteurs sur alimentation durable

Comment ?
Organisation d’une séance autour d’un film introductif de 10 minutes pour se plonger dans le concret, d’un diaporama permettant de préciser les contours d’une alimentation durable et d’un temps d’échange.
Cette séance introductive doit permettre d’inclure l’ensemble des acteurs du système alimentaire dans la dynamique alimentation durable à lancer sur le territoire.

Phase 2 : Diagnostic

Le travail de diagnostic consiste en :

  • un état des lieux du fonctionnement du système alimentaire à l’échelle du territoire
  • la compilation d’information et une phase d’analyse pour formuler une proposition de pistes d’actions à discuter avec les élus

Après un travail de sondage auprès d’acteurs impliqués dans le développement des territoires, le cœur du dispositif reposent sur un ensemble d’entretiens réalisés auprès des acteurs impliqués sur les questions alimentaires, tant au niveau économique, que social ou éducatif.

Ces diagnostics de territoire s’appuient sur une étude globale du système alimentaire, de la production à la consommation. Ils reposent essentiellement sur l’interrogation des acteurs de la filière alimentaire et sur la dynamique créée avec les élus en charge du développement agricole, économique et social des communautés de communes impliquées.

Les diagnostics s’articulent autour d’un état des lieux des pratiques, mettant l’accent sur celles qui vont dans le sens d’un système alimentaire plus durable :

  • pour la partie offre, auprès des acteurs de la production et distribution alimentaire : agriculteurs, transformateurs (dont les artisans), intermédiaires grossistes, distributeurs
  • pour la partie demande, auprès des acteurs utilisateurs de denrées alimentaires en particulier les services de restauration collective, les restaurants du secteur privé, les hébergeurs touristiques
  • à côté de la filière alimentaire, auprès des acteurs du monde éducatif et du monde associatif qui proposent des actions en lien avec l’alimentation.

Dans le cadre des entretiens menés sont également envisagés avec chacun des acteurs les potentiels d’évolution et les marges de manœuvre pour avancer vers un système alimentaire plus durable. Après consultation des acteurs économiques, associatifs, éducatifs, et politiques sous forme d’entretien une synthèse et une analyse des potentiels et freins identifiés sur le territoire permet de dégager des pistes d’actions à proposer aux élus du territoire pour avancer vers un système alimentaire plus durable.
Ces pistes sont discutées lors de réunions de restitutions, dans un premier temps avec l’ensemble des élus, dans un deuxième temps en ouvrant à l’ensemble des acteurs impliqués et à la population locale. Elles devront constituer le socle de la mobilisation ultérieure du territoire sur le champ de l’alimentation.

Phase 3 : Dynamique à mettre en place par les territoires

Le diagnostic constitue un point de départ pour enclencher une dynamique d’évolution du système alimentaire vers plus de durabilité. Cette étape nécessite la mobilisation des élus du territoire pour enclencher et coordonner cette dynamique.

Elle peut se traduire par l’approfondissement de certaines thématiques jugées prioritaires à travers la mise en place d’études spécifiques (sur l’installation agricole, sur la mise en place de forme de vente collective, …) ou la création de groupes de travail pour avancer collectivement sur certains sujets (la restauration collective en particulier, ou un projet de marché ou de manifestation).

Elle peut également se traduire par la mise en place de formations-actions qui permettent à des groupes d’acteurs de mieux s’approprier le sujet spécifique de l’alimentation durable (comme les restaurateurs et tables d’hôtes, ou bien les éducateurs) pour une mise en œuvre de changement dans leurs pratiques.

Elle devra inclure un volet sensibilisation de la population, voir de certains groupes d’acteurs.

Toutes ces actions nécessiteront un travail de coordination qui restera sous la responsabilité du territoire.